La peur est essentielle à notre survie. Elle nous met dans un état de vigilance et de protection.

La peur siège au niveau des reins et de la vessie.

Elle peut également s’exprimer au niveau du ventre.

Dans certaines situations, cette peur peut devenir malsaine et se traduire par de la crainte, de la couardise, de l’angoisse, de l’anxiété ou de la phobie.

Nous sommes alors face à une peur pathologique, paralysante, qui contrôle notre vie en inhibant toute action adaptée.

Cette inhibition peut se traduire par :
• L’incapacité d’agir
• L’incapacité de prendre des décisions
• L’incapacité de se positionner
• L’incapacité de dire non

A son origine, nous pouvons identifier différentes peurs :
• La peur d’aimer
• La peur d’être aimé
• La peur de ne pas être reconnu
• La peur d’être jugé
• La peur de manquer
• La peur de respirer
• La peur de vivre
• La peur d’être
• La peur extrême, celle de la mort, est traitée dans un autre module

Interviennent également dans la peur, les facteurs héréditaires, les mémoires ancestrales et l’environnement social (se référer aux modules correspondants)

La peur génère le manque de confiance en soi et le manque d’estime de soi

Comment travailler sur cette peur et la réduire ?
• Identification de la peur « je vois ma peur et je l’accepte »
L’acceptation est le premier pas vers la guérison
• Identifier ce à quoi elle est reliée : un souvenir d’enfance par exemple
• Traitement des autres émotions :

Souvent, la peur est reliée à d’autres émotions comme la honte, la culpabilité, la colère.

Par exemple : la honte peut générer la peur de se ridiculiser

En soignant les autres émotions la peur diminue
• Agir par petits pas :

Au quotidien, oser agir sur les petites peurs

Oser les transformer, ce qui amène à agir sur les plus grandes peurs.

La peur se vainc par l’action.
Les petits pas transforment la peur en courage.
Le corps enregistre cette nouvelle information

Exemples :
Peur de l’obscurité : rester dans le noir de plus en plus longtemps
Peur d’entreprendre : agir progressivement tout en se sécurisant

• Donner à son corps une nouvelle information positive :

Exemple de la peur de l’échec :
L’échec est un apprentissage, comme l’enfant qui tombe et se relève
L’échec est une manière d’apprendre à avancer
Peur de la relation, peur de souffrir : je me donne le temps, j’ose aller vers l’autre en me protégeant, en étant vigilant

Nous transmettons de la confiance et de l’estime à notre corps, nous changeons les données, les informations